Text vergrössernText NormalgrösseText verkleinern

Pas de chasse aux fumeurs de cannabis à Berne - mais une "politique du chanvre" plus ouverte.

2004/11/24 - Der Bund

Berne - L’exécutif de la ville fédérale, qui s’était prononcé pour la libéralisation du chanvre, poursuit cette politique malgré le rejet de la révision de la loi sur les stupéfiants. Selon son porte-parole, le "gouvernement de la ville de Berne continuera, dans la mesure du possible, à s’investir pour une politique du chanvre ouverte". En outre, il a fait savoir qu’il n’y aura pas de chasse aux fumeurs de cannabis, et qu’à Berne les consommateurs de chanvre n’ont pas à craindre des contrôles à grande échelle.

On ne peut pas continuer de la même façon
Suite au rejet de la révision de la loi sur les stupéfiants par le Conseil national en juin dernier, "il faut éviter de donner l’impression qu’on continuera de la même façon".
C’est ce que le gouvernement a déclaré dans sa prise de position concernant une motion déposée par la fraction des Verts de la gauche au conseil communal (Grünes Bündnis, Junge Alternative, Grüne Partei). Même si les conditions législatives n’ont pas changé, il est impératif d’"élaborer de nouveaux concepts dans la protection de la jeunesse et la prévention". La direction du département des affaires sociales travaille sur "une stratégie d’information et de conseil qui s’adresse aux jeunes". Ce projet prévoit une éventuelle collaboration avec l’Office fédéral de la santé (OFS) et l’Institut suisse de prévention contre l’alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA). Selon le conseil communal, il est désormais clair qu’on ne peut continuer ni à dramatiser ni à banaliser la consommation de cannabis.

Des priorités doivent remplacer la tolérance zéro
L’exécutif reste sur sa réserve en ce qui concerne la répression, car la poursuite pénale, comme par exemple le contrôle et la poursuite des magasins de chanvre, seraient l’affaire des organes juridiques. Néanmoins, le conseil communal se réserve "une certaine liberté d’action" en mettant des priorités dans des cas où la consommation de cannabis menacerait la sécurité publique, cette dernière étant de son domaine. Le gouvernement "approuve la répression" dans les cas où des jeunes seraient mis en danger et/ou des citoyens se sentiraient dérangés. D’ailleurs, la police n’aurait même pas les ressources pour des contrôles à large échelle. En bref : la ville de Berne n’a pas assez de flics pour la tolérance zéro contre les fumeurs de cannabis. (rg)

  • Sie werde sich "im Rahmen des Möglichen auch zukünftig für eine offenere Hanfpolitik einsetzen", sagt die Stadtregierung.
Artikel modifiziert lundi 29 novembre 2004 10:10, Erscheinungsdatum vendredi 26 novembre 2004 11:27

http://www.cannabis-helvetica.ch
http://www.swisshempshop.com