Text vergrössernText NormalgrösseText verkleinern

Utilisation du chanvre et de l’opium dans les traditions médicales de l’Inde

Bibliographie : Sri C. Dwarakanath, Adviser in Indigenous Systems of Medicine, Ministry of Health, New Delhli (Use of opium and cannabis in the traditional Systems of medicine in India, Publ. 1965).

Dans ce texte, le chanvre et l’opium sont traités conjointement. Dans cette traduction, cependant, nous avons renoncé à la description détaillée de l’opium pour des raisons évidentes.

Le chanvre et l’opium sont utilisés depuis plus d’un millénaire en tant que substances thérapeutiques, dans la médecine ayur-védique et la médecine Unani Tibbi. Il n’existe pas de preuves directes d’une utilisation antérieure dans la médecine ayur-védique. Un texte du Katyayana mentionne que le "bhang" (chanvre, cannabis) était connu en Inde depuis les 3ème et 4ème siècles B.C. Dans les livre médicaux de l’époque, ni le chanvre, ni l’opium ne sont mentionnés en tant que substances médicinales. Sushruta, un chirurgien du 4ème siècle B.C., prescrivait du sura (de l’alcool) contre les douleurs en cas d’opérations. Charaka, l’interne, prescrivait pour sa part des boissons alcoolisées à une femme enceinte qui avait perdu le foetus. Aucune de ces deux sommités médicales ne mentionne le chanvre ou l’opium pour ses propriétés anti-douleur, ce qui nous mène à conclure que le chanvre n’était pas encore connu des médecins indiens de cette époque, bien que l’utilisation du chanvre ait été très répandue sous forme de bhang. L’opium n’est pas mentionné non plus, ni dans les Vêdas, les Puranas ou les textes ayur-védiques anciens (3ème - 5ème siècles B.C.)

Les mentions de l’utilisation de chanvre et d’opium comme médicaments se trouvent à partir des 12ème et 13ème siècles. A.C., par exemple sous forme d’extrait de bhang. Les textes ayur-védiques de cette époque décrivent les propriétés, les vertus et les indications thérapeutiques des deux substances. Bhavamishra, un contemporain de Paracelse, décrit dans ses traités médicaux les propriétés et les préparations à base de ces deux substances. Des textes védiques plus récents ont donné une place grandissante au chanvre et à l’opium, utilisés dans de nombreuses préparations pharmacologiques.
Dans la tradition et les légendes de l’Inde, le chanvre est associé depuis toujours au culte de Shiva-Shakti et il est considérée comme la plante sacrée de Shiva. Il est bien connu que les Sadous et les Yogis s’adonnant à ces cultes se servent du chanvre et de l’opium (ou des deux à la fois) à des fins de concentration et de méditation.

Le bhang (chanvre) est ingéré par toute la population, sous forme de boissons sucrées, au long de certaines fêtes religieuses importantes, par exemple lors du Holi ou du Shivaratri. Il est fort probable que le chanvre et l’opium aient été utilisés dans la médecine populaire de l’Inde depuis le 4ème siècle B.C.

Durant ces deux derniers siècles, la médecine populaire et la médecine classique en Inde se sont rapprochées de plus en plus, de sorte que de nombreuses préparations à base de plantes, y inclus celles qui contiennent du chanvre et de l’opium, ont trouvé des applications dans la médecine ayur-védique. Dans de vastes régions de l’Inde et dans les massifs de l’Himalaya, le chanvre est encore très répandu, la plante y pousse à l’état sauvage. Dans l’agriculture, cette plante est surtout utilisée pour ses fibres végétales. Dans la médecine Unani Tibbi (indo-arabe)il semblerait que le chanvre et l’opium aient été utilisées comme médicaments bien avant la médecine ayur-védique. Il se peut que les deux substances aient été reprises de la médecine Arabe, importée en Inde à travers l’Islam, au 9ème siècle B.C. On pense que la médecine arabe a été "récupérée" par les Grecs : Dioskurides (1er siècle A.C.), Galène (138-201 A.C.) et Rhazes (865-925 A..C.) décrivent de manière détaillée l’action du chanvre et de l’opium, leur potentiel thérapeutique et leur utilisation. Les livres médicaux arabes et perses traitent également du sujet. Les préparations à base de chanvre et d’opium semblent avoir joui d’une grande popularité dans les pays arabes, en Perse et dans l’Inde musulmane.
La médecine Unani-Tibbi mentionne une grande variété de préparations médicinales qui contiennent les deux substances.

Description des vertus et effets du chanvre dans la médecine ayur-védique

1
Madini
Induit la narcose
2
Mohini
Induit une confusions de l’esprit
3
Chapala
Induit des changements de caractère et d’humeur
4
Bahuvadini
Induit l’envie de parler
5
Harshini
Stimule des sensations agréables et élevées
6
Ranjika
Induit un état d’excitation
7
Tandrakrit
Induit la somnolence
8
Vijaya
Induit un sentiment d’invulnérabilité
9
Trailokya Vijaya
Induit le sentiment de pouvoir conquérir "les trois mondes"
10
Virapatra
Plante feuillue puissante
11
Samvida Manjari
Pollen induit humeur positive
12
Bhang
A hautes doses, cessation de l’activité cérébrale

Propriétés et mode d’action additionnels (médecine ayur-védique)

Propriété
Mode d’action
Amer (tikta)
Hypnotique (nidraprada)
Légereté (laghu)
Régule excès de nervosité
Traversant (tikshna)
Induit humeur positive (vagvi-vardhini)
Chaud pour la puissance
Stimule l’envie sexuelle (kamada)
Induit la confusion de l’esprit (mo-havardhini)
Produit un empoisonnement (mada-vardhini)
Augmente l’appétit, la digestion et le métabolisme (vanhivi-vardhini)
Contre l’aérophagie et les flatulences, renforce l’estomac (pachani)
Constipation, (grahini), irritabilité (pittala), Antiflegmatique (kaphajit)

Mode d’action du chanvre, description de la médecine Unani Tibbi

Produit de la constipation (Quabriz)
Affaiblisseur (mujafifmani)
Fortifie l’estomac (muqavi meda)
Anodin (muskan alm)
Augmente l’appétit (mushtai)
Hypnotique (=somnifère) (munawan)
Humeur joyeuse et positive (muferah)
Anticonvulsif (dafe-e-tashanj)
Aphrodisiaque (nuqavi bah)
Induit du délire (moras-hi-zan)
Fortifie la mémoire (mumsik)
Poison (mussakar)

Il en résulte les indications suivantes pour l’utilisation du chanvre (® resp. opium)

Cas d’insomnie
Dysenteries (amibes) ® (Opium)
Etats d’irritabilité nerveuse
Névralgies (douleurs des nerfs)
Dispepsies (Troubles de la digestion)
Névrites (inflammation des nerfs)
Diarrhées ® (Opium)
Affections rhumatismales

On peut constater que le chanvre est apprécié pour ses vertus euphorisantes, tandis que l’opium est utilisé surtout comme calmant, anti-douleur, somnifère et contre les diarrhées et les amibes. L’opium est également prescrit contre les saignements, tout particulièrement ceux qui accompagnent certaines toux pulmonaires, dans la médecine Unani Tibbi.

Quelques préparations à base de chanvre, pharmacopée Unani Tibbi

Préparation
Indication
Hab-e-Tukme-bhang
Diarrhée
Safuf-e-Garian
Enurésie (pipi au lit)
Majun Falaskari
Aphrodisiaque
Muffareh Bhangiyan
Aphrodisiaque
Roghan Bhang
Aphrodisiaque
Hab-e-Kochak
Aphrodisiaque
Hab-e-Munayish
Aphrodisiaque
Majum-e-falk saras
Aphrodisiaque

Le chanvre et l’opium en Médecine ayur-védique et Unani Tibbi, comparés à la médecine occidentale

L’arrivée et l’influence croissante de la médecine occidentale dans les villes en Inde ont soulevé la question de l’utilisation de ces deux substances, prescrites jusqu’ici comme anesthésiants. En 1858, le comité étatique qui s’est penché sur cette question, est arrivé aux conclusions suivantes :

80% de la population en Inde, surtout celle qui des régions agricoles, n’a pas accès à la médecine occidentale et dépend de la médecine ayur-védique et des hakim (médecins) Unani Tibbi.
Le chanvre et l’opium sont souvent prescrits par ces médecins et ne peuvent pas tout simplement être rayés des prescriptions.
Une couverture complète médicale telle qu’elle existe dans les pays occidentaux, n’est de loin pas en vue en Inde, et l’obligation de déclaration de chanvre et d’opium en tant qu’anesthésiants soumis à prescription ne serait pas favorable à la population.
Jusqu’à nouvel ordre, les médecins ayur-védiques et Unani Tibbi "certifiés" dans cette tradition médicale peuvent, par conséquent, continuer à prescrire le chanvre et l’opium. Etant donné que les médecins indiens non examinés ne sont pas habilités à prescrire des médicaments figurant dans la pharmacopée indienne, tels que sédatifs, hypnotiques, anti-douleurs, antibiotiques etc., ils sont particulièrement dépendants de médicaments facilement accessibles, à base de chanvre et d’opium.
Il n’y a pratiquement aucun risque de dépendance pour les patients, tant que le chanvre et l’opium sont utilisés comme médicaments.
La problématique des aphrodisiaques à base de chanvre et d’opium, qui peuvent créer des dépendances, peut sans autre être couverte par la législation déjà en vigueur concernant les "préparations magiques", cosmétiques ou autres.
Bien que l’utilisation de chanvre et d’opium par les Sadous, les Yogis et les Fakirs, du point de vue de la médecine occidentale, puisse être assimilée à un comportement de dépendance, elle prend ses racines dans une tradition religieuse millénaire et par là, elle est justifiée.

Erscheinungsdatum mardi 29 juillet 2003 17:28

Mit dem Stichwort verbundene Artikel


http://www.cannabis-helvetica.ch
http://www.swisshempshop.com