Agrandir la taille le texteTaille normale du texteDiminuer la taille du texte

Bernard Rappaz : « Veut-on rétablir la peine de mort au cœur de l’Europe ? »

Michel Sitbon : « C’est indécent ! »

Les partisans du chanvrier ont convoqué hier la presse étrangère. Pour que le débat prenne une ampleur mondiale

Le Matin 17 décembre 2010

Sur le front médical ou judiciaire, rien de nouveau dans l’affaire Rappaz. Après cent treize jours de grève de la faim, le chanvrier emprisonné continue à s’affaiblir. Mais aucune suspension de peine n’est en vue. Reste que ses défenseurs ne baissent pas les bras. Mieux, ils veulent maintenant internationaliser le combat. « Si la Suisse veut avoir honte jusqu’à la fin de ses jours, qu’elle laisse mourir Rappaz ! Ce serait une tache de sang sur le drapeau suisse ! » s’est emporté hier à Genève Michel Sitbon, éditeur français, cofondateur de Cannabis sans frontières et porte-parole du Comité international de soutien à Bernard Rappaz.

Avec le sociologue Jean Ziegler, il avait convoqué la presse – surtout étrangère – pour donner une dimension planétaire au débat et exiger une interruption de peine pour le Valaisan. « C’est une question de principe qui dépasse de loin la réalité helvétique, a plaidé Jean Ziegler. Une vie vaut plus que n’importe quel règlement, loi ou décision de justice. » Titre de la conférence de presse : « Veut-on rétablir la peine de mort au cœur de l’Europe ? ». Un peu exagéré ? « Ici, ne rien faire est assimilable à une peine de mort », a rétorqué le Genevois.

Un avis manifestement partagé par le conseiller national Jean-Charles Rielle (PS/GE) et l’ancien patron du PS genevois Christian Brunier, également présents. « Il est simplement insoutenable, inqualifiable qu’un homme meure dans une prison suisse en 2010 », a clamé Jean-Charles Rielle. Christian Brunier a fustigé la lourdeur de la peine – 5 ans et 8 mois de prison – infligée à Bernard Rappaz pour violation grave de la loi sur les stupéfiants. « C’est plus que pour un viol ou même un meurtre s’il est passionnel », a noté le socialiste.

Michel Sitbon, lui, a voulu jeter un regard extérieur sur l’affaire Rappaz. « En France, par exemple, on est éberlué. Rappaz demande une simple interruption de peine, on répond : « Qu’il meure ! » Les Suisses se rendent-ils compte de l’indécence de ce qui est en train de se passer ? » Et l’éditeur de préciser que des personnalités telles que Daniel Cohn-Bendit, José Bové ou Mgr Gaillot ont rallié le comité de soutien. Jean Ziegler a ajouté avoir parlé de l’affaire Rappaz avec la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey : « La présidente n’a aucun pouvoir de décision dans le domaine, mais elle m’a dit son inquiétude, y compris, si Rappaz mourait, pour les dommages sur le prestige de la Suisse. »

Malgré ces soutiens, l’affaire Rappaz semble toujours enlisée. Le chanvrier refuse de s’alimenter et tous les recours sont épuisés. « Il reste le recours auprès de la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg », a précisé Maggie Loretan, l’ex-compagne du chanvrier et mère de sa fille de 12 ans. « Bernard est très faible mais un peu euphorique. J’essaie de lui dire que pour continuer un combat il faut être vivant. Mais j’ai peur qu’il s’en aille avant 2011. Il m’a déjà dit que ça ne vaut plus la peine de vivre dans cette société-là. »

Si je comprends bien le sociologue Genevois et le membre du réseau Voltaire, la vie d’un producteur de substance toxique et amenant à la dépendance de drogues de plus en plus dure vaut plus que la vie des éventuelles victimes qu’il pourrait « appâter » avec sa production.

Le PS Suisse, par l’intermédiaire de certains de ses membres, soutien l’idée. La gauche préfère céder au chantage d’un condamné plutôt que de le voir périr en prison. Cependant, accuser le gouvernement valaisan de vouloir réintroduire la peine de mort en ne cédant pas au chantage de B. Rappaz est de la pire mauvaise foi. B. Rappaz se met lui-même dans cette situation. Dans le même ordre d’idée, si B. Madoff exerçait le même chantage de sa prison américaine, ni J. Ziegler ni M. Sitbon, ni le PS ne trouveraient la moindre raison de lui céder. Il s’agit donc que d’un soutien opportuniste afin de se faire mousser auprès des médias !!

La Suisse ne souffrirait d’aucune perte de prestige si B. Rappaz devait mourir en prison. Par contre la crédibilité de la justice de notre pays, déjà fortement entamée, au vu des dealers de rue sortis de prison avant que la police n’ait eu le temps de terminer le rapport d’interpellation, ne ferait que la risée du monde entier en cas de libération anticipée.

  • Die Anhänger des Hanfbauers haben am 17.12.2010 die Internationale Presse eingeladen. Damit die Debatte ein Weltweite Dimension annimmt.
Date de parution lundi 20 décembre 2010 04:12

Forum de l'article

Bernard Rappaz : « Veut-on rétablir la peine de mort au cœur de l'Europe ? »
Dans un Etat de droit comme la Suisse, la cause de M. Bernard Rappaz, qui a eu droit à des procès équitables et qui a épuisé toutes les voies de recours, ce n’est pas une cause défendable ! Contrairement a ce que beaucoup de gens affirment, B. Rappaz n’a pas été condamné à cause du canabis, mais également pour toute une autre série de délits (blanchiment d’argent, violation grave des lois sur la circulation routière, fraude fiscale, lésion corporelle, etc). Il n’a plus le choix : il doit purger sa peine, un point c’est tout ! Les prisons suisses sont des prisons à dimention humaine où les détenus sont bien traités. Il doit cesser con chantage, respecter notre Etat de droit, ... ou se laisser mourir s’il le souhaite vraiment ! Il n’y a aucune autre alternative possible !

Répondre à ce message
20 décembre 2010 par Joseph Calamo
  Bernard Rappaz : « Veut-on rétablir la peine de mort au cœur de l'Europe ? »
 
CORRECTION : Dans mon message, j’ai voulu dire que "(...) B. Rappaz n’a pas été condamné UNIQUEMENT à cause du canabis, mais également pour toute une autre série de délits (...)". Dans mon message que vous avez publié, le mot "uniquement" (ou "seulement") est absent de cette phrase, ce qui fausse tout mon propos en donnant une idée erronée de ce que j’ai réellement voulu dire. JE VOUS PRIE DE CORRIGER EN RAJOUTANT LE MOT QUI MANQUE, et en laissant la (les) réponse(s de mon (mes) détracteur(s). C’est important ! Merci infiment et cordiales salutations.

Répondre à ce message
  29 12 2010 par Joseph Calamo
 
  Bernard Rappaz : « Veut-on rétablir la peine de mort au cœur de l'Europe ? »
 
Malheureusement, vous êtes très mal informé

Bernard a été condamné jusque à maintenant seulement à cause de la plante de chanvre.

Dieu a donné à l’homme cette plante afin qu’elle puisse être utilisée. Certains profiteurs cupides au sein du gouvernement,ce placés eux-mêmes au-dessus de Dieu et interdisent depuis de nombreuses plantes médicinales.

(Ce sont les mêmes messieurs, qui font exploser nos primes d’assurance maladie , et réduisent en même temps les prestations)

Les autres accusations, comme le blanchiment d’argent et fraude fiscale etc., il aurait du avoir, le 18 Décembre un autre process.

Tout cela, après que les autorités ont regardé pendant 10 ans et ont encaissé de nombreuses taxes et impôts.

Chaque prison est inhumain, surtout pour un homme innocent.

Bernard voulait ramener les plantes médicinales aux peuples. Contre la volonté des puissants lobbies industriels .

Malheureusement, ils sont obsédés par l’appât du gain et vous les défendez.

The healing energy is now more with you !

Répondre à ce message
  20 12 2010 par André Fürst
 

http://www.cannabis-helvetica.ch
http://www.swisshempshop.com