Agrandir la taille le texteTaille normale du texteDiminuer la taille du texte

Dépôt de l’initiative pour une décriminalisation du chanvre

BERNE - Le comité "Protéger la jeunesse contre la narco-criminalité" a déposé son initiative munie de 105’571 signatures demandant la décriminalisation du chanvre. Le texte vise aussi à autoriser la culture de cannabis pour sa propre consommation.

JPEG - 19.1 ko
http://www.swissinfo.org

Freitag 13.01.2006

Intitulée "Pour une politique raisonnable en matière de chanvre protégeant efficacement la jeunesse", l’initiative populaire veut dépénaliser la consommation, la possession, l’acquisition pour son propre usage de "chanvre psychoactif". Plus d’un demi-million de Suisses en consomment, il ne faut pas les diaboliser, selon les initiants.

"Le cannabis est une substance active indigène et une denrée comme l’alcool ou le tabac", a déclaré lors de la remise des signatures à la Chancellerie fédérale à Berne le conseiller national Geri Müller (Verts/AG), membre du comité. Plus d’un demi-million de Suisses en consomment, il ne faut pas les diaboliser, selon lui.

"La politique de répression menée jusqu’ici est un échec", a-t-il ajouté, en référence au fait que les jeunes fument leur premier joint de plus en plus tôt (en moyenne 15,9 ans, selon les derniers chiffres de l’Office fédéral de la santé publique). La vente ouverte de chanvre permettra de mieux contrôler l’âge des consommateurs.

Une décriminalisation permettra aussi d’entraver le marché noir de manière efficace et durable ainsi que la criminalité qui lui est liée, argumentent les initiants. La police et la justice seront par la même occasion moins sollicitées.

L’initiative demande aussi à ce que la Confédération édicte des prescriptions concernant la culture, la production, l’importation, l’exportation et le commerce des substances psychoactives du chanvre. Elle prévoit l’interdiction de la publicité pour celles-ci.

Plusieurs parlementaires de tout bord politique se retrouvent au sein du comité d’initiative. Y figurent notamment les conseillères nationales Maria Roth-Bernasconi (PS/GE) et Christa Markwalder (PRD/BE) ainsi que les conseillers aux Etats This Jenny (UDC/GL) et Theo Maissen (PDC/GR). Le comité réunit aussi des représentants des milieux chanvriers, de la prévention et de la police.

Factes
-  Les citoyens peuvent demander par une initiative populaire qu’une modification de la Constitution fédérale qu’ils proposent, fasse l’objet d’une votation populaire.
-  Pour qu’une initiative aboutisse, elle doit recueillir les signatures de 100’000 citoyens dans un délai de 18 mois.
-  Suite à la validation de ces signatures, il peut s’écouler jusqu’à quatre ans avant que l’initiative passe en scrutin devant le peuple.
-  Au cours des années 1990, la population a rejeté deux propositions contradictoires en matière de drogue, l’une visant à une politique plus restrictive, l’autre plus ouverte.

En breves

En juin 2004, le parlement avait rejeté un projet gouvernemental de décriminalisation du cannabis.

Une enquête de l’Office fédéral de la santé publique montre que 46% des 13 à 29 ans a fumé au moins du cannabis. 1% d’entre eux sont des consommateurs réguliers. Des chiffres qui place la Suisse parmi les pays européens les plus touchés par l phénomène.

Depuis 1991, le gouvernement suisse applique la politique dite des quatre piliers : prévention, thérapie, réduction des risques et répression.

Article modifié le mercredi 15 août 2007 21:26, Date de parution samedi 14 janvier 2006 00:00

http://www.cannabis-helvetica.ch
http://www.swisshempshop.com