Agrandir la taille le texteTaille normale du texteDiminuer la taille du texte

Des hamburgers au Tofu de cannabis en Belgique.

Il y a quelques jours, on nous annonçait qu’on allait pouvoir consommer des hamburgers de cannabis légaux dans les rayons des magasins bio partout en Belgique. L’occasion de mettre les pieds dans le plat.

www.lesoir.be 06 juin 2011 Jennifer Persoon

Les plus rêveurs d’entre nous s’imaginaient déjà proscrire à tout jamais les légumes de leur vie (youpie ! bactérie tueuse oblige), s’empiffrant de ce mets si subtil qui fait planer. Nom d’un pétard, que vous êtes naïfs ! Et oui, le cannabis industriel est bien différent de celui qu’on fume.

Après le thé, les bières ou encore les biscuits à base de cannabis, l’industrie agro-alimentaire bio a décidé de lancer sur le marché les hamburgers au cannabis. Mais ne vous y méprenez pas, ce ne sont pas les feuilles de cannabis mais bien les graines de chanvre, qui est la même plante, que l’on utilise.

« Les hamburgers au cannabis ne contiennent pas ou le moins possible de THC, la principale composante psychoactive du cannabis. De plus, le cannabis industriel ne contient pas de matières hallucinogènes ou allergènes », explique Patrick De Ceuster de l’ASBL Wervel, un groupe de travail pour une agriculture juste et durable.

La culture du chanvre représente 150 hectares en Belgique. C’est peu comparé à d’autres pays qui peuvent en compter des milliers. « Quand on regarde le marché de l’alimentation à base de chanvre aux Etats-unis ou en Allemagne, on remarque qu’il double chaque année. Il y a beaucoup d’avantages à l’utiliser en Belgique aussi », Une bonne alternative à la viande

Selon Patrick De Ceuster, la culture du chanvre est intéressante autant pour l’écologie et l’agriculture que pour le consommateur. En effet, elle a la capacité d’augmenter la biodiversité alors que certaines des autres cultures la diminuent. Le chanvre permet de fixer le CO2 et ralentit donc l’effet des gaz à effet de serre. En plus d’être écologique, C’est une culture facile : les pesticides ne sont pas nécessaires.

En ce qui concerne la santé du consommateur, il y a beaucoup d’effets bienfaiteurs sur les cancers ou sur la maladie de la vache folle par exemple.

Le hamburger au cannabis est donc une très bonne alternative à la viande car il contient également des protéines et des minéraux. En terme de goût aussi d’ailleurs : « Les graines, l’huile et les feuilles de chanvre ont tous les trois des saveurs différentes. On peut réellement faire des choses nouvelles avec ce produit en cuisine. »

Un contrôle à deux niveaux

La culture du chanvre subit un contrôle lors de la culture de la plante et lors de sa commercialisation. « Pour la première partie, l’agriculteur doit utiliser des variétés et des semences autorisées et contrôlées. Lorsque la plante commencer à fleurir, le cultivateur prévient le gouvernement local, qui est alors chargé de faire des analyses pour mesurer le degré de THC de ces mêmes fleurs. Le THC ne peut pas excéder plus de 0.2 %. C’est environ 100 fois moins que la marijuana », poursuit Patrick De Ceuster. « Si on veut commercialiser les graines ou les feuilles de la plante, il faut envoyer un échantillon au laboratoire et on doit pouvoir prouver que le THC n’est pas supérieur aux normes basées sur des tests cliniques et scientifiques, afin d’éviter tout effet psychotrope. »

C’est grâce au lobbying qu’a exercé pendant cinq ans L’ASBL Wervel en collaboration avec le Gouvernement fédéral, que l’Afsca (Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire) a décidé de réintroduire ce genre de produit dans les rayons belges. « À partir de recherches qui ont été effectuées en Australie, on a pu obtenir d’autres standards de THC, qui sont plus réalistes et qui prouvent que c’est tout à fait sain pour le consommateur. »

Sensibiliser pour éviter la confusion

« On utilise le mot cannabis, car c’est le nom officiel de la plante. Mais si on parle de chanvre, très peu de gens savent de quoi il s’agit. Ce qu’on a besoin en Belgique, c’est une conscience publique de la différence entre le cannabis et le chanvre. On essaie de faire cela au travers de notre campagne », confie encore le chercheur.

En effet, la plante en elle-même n’est pas dangereuse, c’est ce qu’on en fait qu’il l’est. Le problème, c’est bien la consommation de la marijuana : « Des jeunes viennent piller les cultures de chanvre, parce qu’ils pensent qu’ils peuvent le vendre. C’est très dangereux. Cependant, ponctue Patrick De Ceuster, ce n’est pas parce que le gouvernement ne sait pas comment gérer ce phénomène que nous devons être limités dans nos alternatives écologiques. »

Date de parution samedi 11 juin 2011 00:01

http://www.cannabis-helvetica.ch
http://www.swisshempshop.com