Agrandir la taille le texteTaille normale du texteDiminuer la taille du texte

Des milliers d’hectares de kif détruits à Larache

Encore une Pays qui entre en guerre pour les USA et contre la Culture Musulmann.

La province entre en guerre contre la culture du cannabis Après un coup de sifflet, une centaine d’ouvriers, fauches à la main, et une quinzaine de tracteurs prennent d’assaut un champ et commencent à saccager ses plantes. Une scène qui se reproduit inlassablement, ici et là, depuis près d’un mois, dans une zone montagneuse et très recluse de la province de Larache dont les autorités locales ont entamé le pari courageux et sans précédent de se débarrasser définitivement de la culture du cannabis.

Encore une Pays qui entre en guerre pour les USA et contre la Culture Musulmann.

Voir aussi : 100’000 Familles perdent leur revenu.

Le Matin.ma 08.07.2005

Depuis le lancement de la vaste offensive contre la culture prohibée, les opérations de destruction des cultures du kif ont totalisé, jusqu’à mercredi dernier, quelque 3.200 ha. “On n’est pas loin de l’objectif final. Avec la destruction de 300 autres hectares de champs de kif dans les prochains jours, le territoire de la province sera désormais déclaré entièrement débarrassé de la culture du cannabis ”, affirme un responsable du poste de commandement de cette opération pilotée par la province de Larache.

Ce responsable de la province, qui a troqué son costume pour un treillis kaki, se félicite du franc succès de l’opération. Il insiste notamment sur l’adhésion des populations locales à cette opération. “ Depuis le début des opérations, le 7 juin dernier, aucun incident n’a été signalé ”, assure-t-il. La campagne de sensibilisation menée auprès des populations locales semble avoir porté ses fruits. Bien avant le début des labours, les autorités locales avaient mené une vaste opération de sensibilisation dans les “ Dchars ” et Souks des cercles de Larache et de Ksar El Kébir.

Il ne s’agissait pas de livrer une sommation solennelle, le plus important a été de convaincre. “ Outre l’illégalité et les mesures répressives prévues par la loi, on expliquait aux gens les ravages de cette culture et ses énormes préjudices notamment au niveau social ”, souligne cet agent d’autorité qui est allé à la rencontre des habitants dans les souks et les villages de la région.

Un facteur de grande importance pour le succès de cette sensibilisation est la contribution des imams des mosquées. Les prêches du vendredi, étaient une occasion d’éveiller les consciences et de confirmer, du point de vue religieux, le caractère illicite de cette culture, rappelle l’agent d’autorité.

Beaucoup d’agriculteurs ont adhéré spontanément et se sont abstenus de consacrer leurs lopins de terre à la culture du cannabis. Les récalcitrants ont eu affaire à l’infaillible opération de destruction des cultures préalablement promise. Depuis la première semaine de juin dernier, deux postes de commandement ont été constitués dans les cercles de Larache et de Ksar Kbir. Pilotés par le gouverneur de la province, Mae El-Ainein Khalihanna, les deux postes, qui comprennent les responsables des autorités locales et des différents services extérieurs concernés, ont mis sur pied un planning des opérations.

Par souci de légalité, un représentant du parquet siégeant au poste de commandement procède à la constatation sur les champs de cannabis et délivre immédiatement un ordre pour agir. Les opérations de destruction sont systématiques et ne souffrent aucune exception, précise un responsable du PC. Plus d’une centaine de tracteurs, trucks et niveleuses et plusieurs centaines d’ouvriers ont été mobilisés dans cette opération. Ayant constaté l’inefficacité de la pulvérisation de pesticides par voie aérienne en raison de la redoutable résistance de la plante, nous avons opté pour la destruction mécanique, explique un responsable du secteur agricole.

“ On déploie quotidiennement trois équipes pour la destruction des cultures de cannabis ”, précise un autre membre du poste de commandement du cercle de Ksar Kbir. La tâche est particulièrement ardue en raison du relief et de la difficulté d’accessibilité des engins aux champs.

Les cultures de cannabis sont généralement pratiquées sur de petits lopins de terre très éparses et souvent nichés au creux d’une crevasse ou au pied d’un ravin. Des voies d’accès ont été aménagées à coup de trucks et de niveleuses pour permettre l’acheminement des tracteurs vers les berges et lits des oueds, des emplacements privilégiés pour ce genre de culture.

Une fois l’équipe sur les lieux, le travail de saccage commence. Des dizaines d’ouvriers alignés ouvrent le bal avec un travail de fauche, suivi des tracteurs qui terrassent définitivement la plante qui atteint parfois une hauteur de 1,70 m. En vue de prévenir la collecte nocturne de la plante pour certains champs arrivés à maturité, des piquets de surveillance permanente sont assurées par les éléments de la Gendarmerie ou des forces auxiliaires dans l’attente de l’arrivée des engins.

“ On est parvenu à une cadence de plus de 100 ha par jours ”, relève un responsable des équipes engagées dans la commune rurale El-Koulla (cercle Ksar El Kébir), une bourgade montagneuse à près de 160 km de Larache. Le gros du travail dans cette zone a été fait sur l’étendue du lit de Oued Loukkous. Des centaines de champs ont été labourés sur la berge fertile de l’oued, propriété privée fluviale de l’Etat. Pour une meilleure récolte on ne lésinait pas sur les moyens aux dépens de l’environnement. Un usage intensif d’engrais et du matériel d’irrigation puisant directement dans l’oued dont le cours s’est sensiblement amenuisé, sont des procédés communs pour ces agriculteurs clandestins.

Quelque 800 ha de champs de cannabis ont été totalement rasés le long de l’oued. Un véritable tsunami, lance sur un ton humoristique un habitant de la région. L’un des principaux arguments de la sensibilisation pour s’assurer l’adhésion des populations locales est celui des cultures dites alternatives ou de substitution, explique un responsable des autorités locales. Et de préciser, à ce sujet, que " les habitants semblent enthousiastes à l’idée de se libérer de la culture de cannabis puisqu’ils ne sont pas les véritables bénéficiaires, mais juste une main-d’oeuvre exploitée et faiblement rémunérée à en juger par leur mode de vie très modeste ".

Avec un rendement de 25.000 DH l’hectare pour les champs du Kif, l’agriculteur sait pertinemment qu’une culture sous irrigation, comme la fraise, lui serait beaucoup plus rentable, relève la même source.

Un plan de soutien à la reconversion est en cours de préparation avec le département de l’agriculture, mais le problème du financement demeure le premier des soucis. L’aide de l’Union européenne, qui serait le premier bénéficiaire de l’éradication de la culture prohibée, s’avère nécessaire pour mener à bien cette mission, indique-t-il.

“ On ne cherche pas à s’enliser dans la logique d’une assistance rentière pour les agriculteurs, mais à mettre sur pied un programme de reconversion qui va permettre d’introduire des cultures rentables ”, assure-t-il, précisant que le soutien porterait sur la valorisation et l’équipement des terres agricoles dans la région en plus de l’initiation des agriculteurs aux techniques modernes et au savoir-faire relatifs aux cultures de substitution.

La région dispose d’énormes potentialités de développement dans le domaine agricole et dans le secteur touristique. Un important effort d’investissement en infrastructures et en équipements est toutefois nécessaire pour enclencher ce processus de développement tant souhaité par une population qui est désormais dans l’expectative après la perte de toute la récolte de cette année, estimée à près de 50 milliards de centimes.

Un effort déjà entamé avec des projets en étude ou en cours de réalisation. Un projet de renforcement de la route reliant Ksar El Kébir à Chefchaouen (95 km) doté d’une enveloppe de près de 100 millions de DH est en cours de réalisation, alors qu’un ambitieux projet de construction d’un barrage pour l’irrigation de 30.000 ha est en quête de financement.

Article modifié le vendredi 10 février 2006 00:16, Date de parution lundi 11 juillet 2005 01:37

http://www.cannabis-helvetica.ch
http://www.swisshempshop.com