Agrandir la taille le texteTaille normale du texteDiminuer la taille du texte

Entretien avec l’auteur de Marijuana - médecine interdite

"While marijuana is not addicting, learning about it is."

"On devient dépendant aux connaissances sur le cannabis, pas au cannabis même."

(Dr Lester Grinspoon)

Entretien avec Dr Lester Grinspoon, l’auteur du livre "Marihuana - Médecine interdite" sur les effets thérapeutiques, la prohibition et les nouveaux médicaments à base de cannabis.

Gary Greenberg, psychothérapeute et professeur américain, a mené un entretien avec le célèbre médecin Lester Grinspoon, pionnier de l’utilisation thérapeutique du cannabis, qui vient d’être publié dans le dernier numéro de Mother Jones.

Le Dr Grinspoon pense que les médicaments du genre Sativex ne pourront jamais totalement supplanter l’application du cannabis par la fumée, car dans leur cas il est plutôt difficile d’établir la dose individuelle qui conviendrait à chaque patient. Le médecin américain prétend qu’il n’a jamais entendu un patient dire que, par exemple, le Marinol (médicament à la base du THC synthétique) l’aiderait aussi bien que le cannabis fumé.

D’après le producteur du Sativex, il serait possible d’utiliser ce médicament pour qu’il réponde exactement aux besoins individuels des patients mais Grinspoon rejette ses affirmations. Il dit que le Sativex commence à agir seulement après quelques 15 minutes, ce qui est nettement meilleur que dans le cas des pilules de Marinol mais encore trop tard, en fumant du cannabis la sensibilité va de quelques secondes à quelques minutes

Un autre problème vient du fait qu’après l’application du spray, une partie coule par l’œsophage dans le système digestif et commence à agir seulement avec une heure ou plus de retard. Ce signifie que le dosage précis, dont se vante le producteur du Sativex, n’est rien qu’une combine de marketing destinée à rendre ce médicament plus attirant que le chanvre naturel aux yeux du grand public. Le Dr Grinspoon réfute aussi d’autres affirmations du fabricant, comme quoi le Sativex ne pourrait causer le même "high" que le chanvre ou bien que le médicament assurerait un ratio stable du THC et du CBD, car il est fabriqué à partir des clones de la même plante..

Néanmoins, Lester Grinspoon admet bien que les cannabinoïdes administrés oralement aient une place importante dans la thérapie. C’est surtout vrai pour les problèmes d’arthrose, où il faut un soulagement de longue durée, mais il y a beaucoup de patients qui préfèrent fumer le cannabis que l’ingérer car ils se sentent mieux ainsi. Après passage par le foie en cours de digestion, le delta 9 THC se transforme en delta 11 THC, dont l’effet est quintuple et persiste beaucoup plus longtemps. Il est assez difficile de fixer correctement la dose orale et elle est donc parfois trop élevée - en ce cas il peut y avoir jusqu’à des hallucinations, souvent d’un caractère désagréable.

Le Dr Grinspoon craint que le Sativex rencontre le même sort que son prédécesseur synthétique, le Marinol - qu’il devienne impopulaire parmi la population ciblée qui l’utiliserait plutôt comme un alibi pour un traitement illégal avec du cannabis fumé. Il voit plusieurs raisons pour que les patients rejettent ce médicament. D’abord, cette difficulté de dosage et puis il y aurait certainement un problème avec son prix trop élevé, dépassant maintes fois le prix du chanvre naturel.

A l’heure actuelle aux USA, il est chose commune que des patients utilisant le cannabis dans un but thérapeutique demandent à leur docteur de leur prescrire du Marinol (qu’ils ne prennent pas) en tant que couverture pour les tests de drogues, dont le résultat positif pourrait menacer leur existence. Grinspoon mentionne le cas d’un chauffeur de camion que fumait le chanvre pour ses douleurs d’arthrose, mais qui se laissait prescrire le Marinol au moment de l’introduction des tests de THC, car autrement il perdrait son emploi. Il ne prenait pas ce médicament, il lui servit seulement comme un alibi auprès les autorités, car les tests utilisés sont incapables de faire la distinction entre le THC du Marinol et du chanvre.

D’après Grinspoon, le plus grand problème est que le Sativex va créer une autre pression commerciale pour maintenir la prohibition du cannabis, comme c’était le cas après la découverte du Marinol. Au lieu de répondre aux espoirs qu’il représente pour les anti-prohibitionnistes, il pourrait se passer juste le contraire. Pour garantir le succès commercial de leurs nouveaux médicaments, les puissantes sociétés pharmaceutiques augmenteraient leur pression sur le maintien de prohibition du chanvre, qui pourrait devenir encore plus forte qu’à l’heure actuelle.

Dans l’autre partie de l’entretien, Grinspoon parle de son fils Danny qui en 1967, un an et demi avant sa mort, fut atteint de leucémie. Le garçon avait des problèmes à supporter la chimiothérapie et souffrait des vomissements. Grinspoon avait entendu raconter par un oncologiste l’histoire d’un patient qui avait résolu ce problème en fumant un joint 20 minutes avant la séance. Grinspoon a essayé faire de même avec son fils pour un excellent résultat - le chanvre a aidé.

Cette expérience tragique des effets thérapeutiques du chanvre a mené Grinspoon dans une longue et profonde recherche sur cette plante miraculeuse tellement maudite et calomniée. A l’époque du début de la maladie de son fils, Grinspoon était persuadé que le chanvre est une drogue dangereuse. Au fur et mesure de ses études sur cette plante, il découvrit à quel point l’information du public à son sujet étaient manipulées et fausses. Cette découverte l’a tellement bouleversée qu’il a plongé dans la recherche et finalement publié son livre mondialement célèbre : "Marijuana - la médecine interdite".

"Ce n’est pas une drogue anodine, mais elle est beaucoup moins nocive que l’alcool ou le tabac. La vraie nocivité du cannabis consiste dans la manière dont la société y réagit. A l’époque de la publication de son livre, les USA arrêtaient 300.000 personnes par ans pour le cannabis, à présent cela fait déjà 750.000. Ce chiffre démontre très clairement les progrès minimes que nous avons réussi à faire dans ce domaine. Nous avons de larges connaissances sur les effets toxiques du chanvre, beaucoup plus que sur les autres drogues. Nous savons donc très bien que le chanvre n’est pratiquement pas toxique. La recherche scientifique démontrera certainement que le cannabis joue un rôle dans des fonctions cérébrales importantes. "C’est ce que Carl Sagan aimait à dire au sujet de chanvre", dit Grinspoon.

C’est justement son ami, le grand astrophysicien Carl Sagan, qui avait essayé de le persuader de fumer du chanvre. Pendant de longues années, Grinspoon a résisté, il a finalement succombé à l’époque de la maladie de son fils et il a fumé avec lui son premier joint. Il raconte une autre histoire qui l’a également poussé à fumer le cannabis. Il témoignait devant un comité du Sénat de Massachusetts lors des séances sur la législation du cannabis. Un des sénateurs, un grand opposant du cannabis, lui a demandé s’il n’avait jamais pris de marijuana. Grinspoon lui a dit qu’il aimerait bien répondre à cette question, seulement il voudrait d’abord entendre de la part du sénateur, si une éventuelle réponse positive rendait son témoignage plus crédible. Le sénateur se sentit offusqué par la réponse de Grinspoon et a quitté la séance furieux. A son arrivé chez lui ce soir là, Grinspoon a décidé que le temps était venu et a finalement essayé de fumer pour la première fois cette plante qu’il étudiait depuis déjà si longtemps.

A la question finale de Greenberg, qui voulait savoir comment a-t-il pu écrire un livre sur le chanvre sans même l’avoir essayé sur soi, Grinspoon répond avec humour : "Vous savez, j’ai aussi écrit un livre sur la schizophrénie sans en avoir pourtant souffert !".

Article modifié le mercredi 21 décembre 2005 14:45, Date de parution mercredi 14 décembre 2005 23:42

Forum de l'article

Entretien avec l'auteur de Marijuana - médecine interdite
J’ai lu cette discussion interview de cannabis et d’obtenir bonne idée sur l’utilisation des médicaments cannabis. Le cannabis devrait prendre par les conseils de médecins et les gens peuvent utiliser la limite ne dépassant pas.

graines de cannabis

Répondre à ce message
5 janvier 2011 par Gustave Flaubert
  Entretien avec l'auteur de Marijuana - médecine interdite
 
Y’a de l’eau dans le gaz......!!!
celui qui a ecrit le dernier message etait surement sous l’effet du sativex....hehehehhee !!!,lol.

le premier message en revenche donne un sens a la verite’...
bien lu et apprecie’...cela n’empeche que sous l’effet du cannabis ou de l’alccol ou autre chose ,on a vite fait de faire ou de p(a)nser nos betises...imaginons nous vivre dans un monde ou tous le monde fume....j’imagine bien la societe’ degringoler et skoiter chez soi pour dormir et glander le plus possible,,sans avoir envie de faire plus....juste aprecier la vie quoi.!! ok mais la vie elle a besoins de pattate...elle a besoins d’elements actif.... bon ,il y a des gents qui suportent mieux les effets que d’autres c’est vrai., mais quand meme...on devrait tout interdire non ?
les medocs,les alccols,les drogues dure,le tabac,les champignons,le colesterol,etc...,enfin bref ,,,on devrait interdire a la nature de pousser ,,de vivre quoi...et on devrait se fourrer un ballet la ou je pense et ecouter ce que l’on nous dit de faire et de penser tout betement...on en est encore la.? ben ouai.!!
en tous cas moi ,,,je prefaire la faire pousser, car l’acheter a des trous du"C" ca ne me fait pas plaisir...et le plaisir ,,,c’est tous ce qui compte pour nous...non ?
ca rend aimable le plaisir...ca rend doux et creatif..et inteligent aussi...salut.

Karmagic

Répondre à ce message
  16 05 2013 par karmagic
 

http://www.cannabis-helvetica.ch
http://www.swisshempshop.com