Agrandir la taille le texteTaille normale du texteDiminuer la taille du texte

La France cramponnée à la ligne dure

2003/11 - Sciences et Avenir no 681

Aucune étude clinique poussée. Un accès thérapeutique extrêmement restreint couplé à un dispositif rigide. L’Hexagone a peur du cannabis.

Dans notre pays, se fournir en cannabis thérapeutique s’apparente à un parcours du combattant. L’agence française du médicament (aujourd’hui Afssaps : Agence française pour la sécurité sanitaire des produits de santé) a donné en septembre 1999 au cannabis la plus restrictive des attributions temporaires d’utilisation : L’ATU nominative. C’est un dispositif contraignant, comportant quantité de documents à remplir pour le patient. "Le délai légal s’évalue au minimum à trois semaines, détaille le docteur Laurent Gourarier, du centre Monte-Cristo à l’hôpital européen Georges-Pompidou (Paris). Trois semaines, pour quelqu’un qui a mal, qui ne tient pas debout à cause d’une sclérose ou qui est en soins terminaux, ce n’est pas comme trois semaines pour vous et moi ! Reste ensuite à attendre que les laboratoires étrangers obtiennent le droit d’exporter les produits..." Qui sont, soit du Marinol (38 patients ont obtenu une ATU en quatre ans), soit du Cesamet (une seule ATU pour la même période). Devant ce cauchemar administratif, certains patients se mettent hors la loi. Vincent Tétaz, 28 ans, myopathe, a fondé Prisam, une association d’une cinquantaine de malades, dont la moitié de personnes agées, qui se dépannent, entre eux, en cannabis. Celui-ci est obtenu en Suisse grâce à une décharge de leur médecin traitant demandant à un confrère helvète de leur permettre l’accès. "J’ai souvent eu à rédiger ce genre de certificat, dit Bertrand Lebeau, de l’hôpital Saint-Antoine (Paris). Il n’a évidemment aucune valeur légale et ne protège pas le patient qui repasse la frontière avec du chanvre". Problème, depuis l’hiver dernier, la Suisse a changé ses lois et "on est dorénavant obligé de s’en remettre à du cannabis issu de plantations personnelles et, bien évidemment illégales", ajoute Vincent Tétaz. "L’urgence, s’alarme Bertrand Lebeau, c’est de changer l’ATU actuelle, d’introduire un dispositif, assoupli, compassionnel, pour des maladies type sclérose en plaques ou Parkinson, les chimiothérapies, les sida déclarés, les hépatites C".

En ce qui concerne les essais thérapeutiques de produits comme le Marinol ou le Cesamet, c’est le désert. Quatre tests avaient été annoncés en 2001 par Bernard Kouchner. Aucun n’a démarré. Le Pr Catherine Lubetzki, de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière a Paris, espère fortement obtenir en 2004 le feu vert pour un protocole d’essai du Marinol sur des personnes atteintes de sclérose en plaques.

Quant au Dr Gourarier, il présentera fin 2003 au comité d’éthique une thérapie d’appoint pour des malades de hépatite C. Basé sur le spray Sativex, il devrait leur permettre de sortir de la dépression où les plonge la bithérapie actuelle interféron/ribavirine, qui fait perdre de 5 à 20 kilos. Par ailleurs, le cannabis pourrait restaurer l’efficacité des opiacés, chez des sujets devenus insensibles après plusieurs années de traitement.

Les pays tolérants
Plusieurs pays ont déjà modifié leur législation de manière à tolérer l’usage thérapeutique du chanvre. Outre les Pays-Bas, il y a la Suisse, l’Australie, la Grande-Bretagne, le Canada ainsi qu’une dizaine d’Etats américains (et pas des moins conservateurs comme l’Arizona). Que ce soit sous la forme des médicaments élaborés existants ou, plus rarement, de la plante. Depuis juillet (2003) les autorités fédérales canadiennes fournissent ainsi de la marijuana à leurs grands malades. Problème : celle-ci suscite une sensation de dégoût et a déjà donne des nausées et des vomissements à certains bénéficiaires. Explication : ce cannabis légal a été planté au fond d’une mine désaffectée et serait chargé en arsenic et en plomb !

Par Hervé Ratel
Article modifié le mercredi 14 avril 2004 15:50, Date de parution mercredi 14 avril 2004 00:00

Articles liés au mot-clé

Dans la même rubrique...


http://www.cannabis-helvetica.ch
http://www.swisshempshop.com