Agrandir la taille le texteTaille normale du texteDiminuer la taille du texte

La politique en matière de drogues n’est pas un échec

2004/04 - Fédération Suisse des Fonctionnaires de Police
COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Lucerne - La Fédération Suisse des Fonctionnaires de Police est favorable à une politique en matière de toxicomanie et de drogues axée sur la dignité humaine de toutes les personnes concernées. Elle doit chercher à résoudre de manière pragmatique les véritables problèmes, sans considération d’intérêts particuliers et sans préjugés, et renoncer à toute politique de force.

Nous en appelons à l’ensemble du Parlement à se pencher avec sérieux sur la révision de la loi fédérale sur les stupéfiants et d’exercer ses responsabilités dans ce domaine.

De récents communiqués de presse agressifs consacrés aux questions de toxico-manie et de drogues veulent convaincre le public que la politique suisse en matière de drogues serait un échec ; ils prétendent qu’il faudrait une répression sensiblement accrue contre les consommateurs également, que le travail social situé politiquement à gauche devrait enfin être reprise par la "droite" et avancent d’autres affirmations discutables du même ordre. Ces slogans et autres discours populistes ont été largement diffusés. Ils ont été émis sciemment à tous les niveaux pour semer la crainte dans la population. On ne saurait aller aussi loin. Ce problème doit trouver sa solution en dehors de toute émotion.

Notre expérience de plus de dix ans nous autorise à émettre au sujet de cette évolu-tion critique une opinion clairement professionnelle : nous considérons les émotions politiquement attisées et les préjugés comme absolument inutiles dans une discussion qui exige de la décence, de l’honnêteté et des connaissances professionnelles spécifiques. Nous approuvons le message du Conseil fédéral sur la révision de la loi fédérale sur les stupéfiants et attendons du Parlement qu’il traite ce problème avec rapidité et courage. Depuis 1994 au plus tard, la répression est un élément admis et bien intégré de la politique suisse en matière de drogues. Les officiers de haut rang de la plupart des corps de police se déclarent favorables à la politique nationale pragmatique des 4 piliers, appliquée par le Conseil fédéral sur la question des stupéfiants. Le groupe de travail CoP demande lui aussi et soutient une politique souple de protection de la jeunesse - pouvant aller jusqu’à une intervention précoce de la police. Cette dernière doit toutefois tendre à ne pas demeurer plus longtemps le "moyen de dernier recours", au niveau de la prévention des toxico-manies, d’une politique inaccessible de la jeunesse, du travail et de la famille.

Depuis 1994, il existe un groupe de travail interdisciplinaire institué par l’Office fédéral de la police (fedpol), intitulé "Collaboration entre police et travail social dans le domaine de la toxicomanie" (GT CoP). Il se compose de représentants/tes de la fedpol, de l’Office fédéral de la santé et de la Fédération Suisse des Fonctionnaires de Police FSFP. Le but de ses activités réside dans une collaboration techniquement sans faille, cohérente et efficace entre la police et les spécialistes de la toxicomanie - condition importante du succès d’un traitement commun des cas d’utilisation problématique de stupéfiants légaux ou illégaux. Le GT CoP assume des fonctions de coordination. Il stimule les échanges d’expériences entre les groupes cibles mentionnés et en assure le suivi. Par ses offres de cours de perfectionnement communs pour les policiers/ères et le personnel d’assistance sociale, il contribue à créer un consensus entre les acteurs en vue de l’application des mesures techniques recommandées.

  • Der Verband Schweizerischer Polizei Beamter steht für eine Sucht- und Drogenpolitik, die die Menschenwürde aller Betroffener ins Zentrum stellt. Die ohne Einzelinteressen und ohne Vorurteile pragmatisch das Lösen der tatsächlichen Probleme versucht und auf alle Machtpolitik verzichtet.
  • La Federazione svizzera dei funzionari di polizia (FSFP) è per una politica di dipendenza e di droga, che mette al centro tutta la dignità umana delle persone colpite. La quale cerca di risolvere pragmaticamente i problemi effettivi senza interessi personali e senza pregiudizi e che rinuncia a tutta la politica di potere.
Article modifié le lundi 26 avril 2004 13:37, Date de parution lundi 26 avril 2004 12:46

http://www.cannabis-helvetica.ch
http://www.swisshempshop.com