Agrandir la taille le texteTaille normale du texteDiminuer la taille du texte

Le Magasin Growland est fermé – un chapitre de l’histoire bernoise est close.

Nous nous faisons just un peut rare

Le magasin de chanvre Growland à la Herrengasse 30 à Berne reste fermé pour toujours. Le propriétaire est en train de le vider. Les raisons sont clairs : la hausse du chanvre suisse vers la fin des années nonante avait fait sensation mondialement et logiquement acquis une grande clientèle, cela d’une telle manière que bientôt plus de chanvre récréatif était exporté que consommé en Suisse même. Une telle chose ne devait pas avoir lieu dans cette Suisse si bien ordonnée. En plus, cette marchandise exportée se dissipait dans des canaux obscures. Ainsi police et justice commençaient à nettoyer, malgré une légalisaton imminente. Et comme toujours, les têtes les plus visibles étaient les premiers à être coupées, donc Bernard Rappaz, André Fürst et Andrea Stafforte, la tête du Growland souvent extravagante.

Il est bien évident qu’on attaquait les symptomes et pas le mal. Le chanvre récréatif est toujours consommé dans des dimensions similaires et on exporte toujours du chanvre et on importe du hachich. Mais, maintenant tout se passe par le marché noir et donc par des canaux criminels et cela à des prix nettement plus hauts et d’une pire qualité.

Les pioniers avaient combattu exactement ce phénomène avec leur modèle du chanvre cultivé sous plein ciel et d’une manière saine. Ils voulaient priver le chanvre du marché noir en cultivant et en vendant en public. Mais par cela ils créaient une hausse qui bientôt echappait à tout contrôle. Les magasins de chanvre poussaient comme des champignons. Il n’est donc pas surprenant qu’aucune règle n’était respectée. Ainsi on vendait aux mineurs qui se pétaient sur leur chemin d’école et étaient donc en superforme lors des classes. Ce revers de l’histoire doit être mentionné dans ce contexte. Ce que les pioniers sousestimaient certainement était les effets aux pays autour de la Suisse où la police avait toujours appliqué des methodes moyenâgeuses.

La police et la justice Suisse ne sont pas vraiment connus pour leur opinions modèrnes au sujet de la société. Quand des groupuscules réligieuses, comme les eglises sectaires ou la croix bleu commençaient à influencer des milieux conservateurs afin de reconstruire le tabou autour de cette „plante du diable“ ils trouvaient des portes ouvertes. Ainsi tout se passait comme cela devait : chaque fermeture d’une exploitation, chaque arrestation ou confiscation pouvait être gonflée par les médias, sous le slogan : „Voyez, voyez ces voyous !“ Quand les Suisses pouvaient finalement voter sur la légalisation du chanvre, le match était déjà joué.

Ce qui reste ? Bernard Rappaz est toujours en prison. André Fürst mène un magasin en ligne avec des produits de chanvre. Andi Stafforte a disparu vers l’étranger.

Que se passera-t-il avec le Growland ? Apparamment il continue à exister comme magasin en ligne, mais, et cela est clair, sans vente de chanvre récréatif, et sûrement un autre Growland sera ouvert en Suisse un jour.

A bientôt sur :

www.SwissHempShop.com

admin chez growland.ch

Article modifié le mercredi 2 décembre 2009 17:08, Date de parution mercredi 2 décembre 2009 16:53

http://www.cannabis-helvetica.ch
http://www.swisshempshop.com