Agrandir la taille le texteTaille normale du texteDiminuer la taille du texte

Le chanvre au service de la médecine

19/06/97
(MFI) Comme le rappelle un rapport de l’Académie des Sciences publié en avril dernier à Paris, la consommation de chanvre est à long terme dangereuse pour la santé. Mais les scientifiques évoquent également les recherches menées aux Etats-Unis sur "les effets potentiellement bénéfiques du chanvre en thérapeutique". Le rapport de l’Académie des Sciences sur le chanvre, publié à Paris en avril dernier, est alarmant. Selon les chercheurs, la consommation de chanvre indien ne cesse d’augmenter en France et notamment chez les jeunes. Entre 1988 et 1993, la proportion de jeunes du second degré consommant du chanvre est passée de 6% à 12%. Mais au-delà des chiffres, ce sont les effets du chanvre sur la santé des consommateurs qui intéressent les scientifiques (1). Première constatation : "la dépendance au chanvre est modeste par rapport à celle observée pour l’héroïne ou la morphine". Cependant, précisent les scientifiques : "les études menées ne portaient que sur des préparations de chanvre à 3% de THC (le principe actif du chanvre). Or, l’apparition sur le marché de nouvelles espèces dites chanvre rouge à 20% de THC pourrait induire une toute autre conclusion". Deuxième remarque des chercheurs : le chanvre est toxique et sa consommation excessive est dangereuse pour la santé. D’après leurs expérimentations, ils notent que "la consommation de chanvre entraîne des troubles psychiques et comportementaux aigus et chroniques. Son usage provoque à long terme une atteinte de la fonction respiratoire, des modifications de la pression artérielle et une atteinte des capacités de mémoire". Plus inattendus sont les passages du rapport mentionnant les recherches américaines sur les "effets potentiellement bénéfiques du chanvre en thérapeutique". Les experts avouent : "il ne serait pas conforme à l’objectivité scientifique de passer sous silence les avancées médicales sur l’usage du chanvre en thérapeutique". Et d’ajouter : "des effets antalgiques généraux sont rapportés dans un éditorial du New England of Medecine par le docteur J. P. Kassirer pour qui le chanvre serait susceptible d’atténuer de façon claire les souffrances de malades gravement atteints de sida ou de cancer". "De même, expliquent les scientifiques, l’effet thérapeutique des cannabinoïdes (dérivés du chanvre) a été recherché cliniquement pour les personnes souffrant d’hypertension, d’alcoolisme, d’asthme, d’insomnies. Aux Etats-Unis, un cannabinoïde de synthèse a une indication thérapeutique pour les nausées et vomissements liés aux chimiothérapies anti-cancéreuses". C’est également aux Etats-Unis que le débat sur les effets thérapeutiques potentiels du chanvre est le plus avancé. En effet, la Californie et l’Arizona ont voté pour la légalisation aux fins d’usage thérapeutique du chanvre indien, en contradiction avec la loi fédérale ! En France, les études n’ont commencé que dans les années 90 et l’on est à peine entré dans une première phase exploratoire. Reste que le problème principal, en France et aux Etats-Unis, porte sur la mise au point de nouveaux médicaments. Les laboratoires américains Pfizer s’efforcent depuis plusieurs mois de dissocier les effets néfastes du chanvre des effets considérés comme plus positifs. Sans succès. Il convient donc de rester prudent et de rappeler que le chanvre est avant tout une drogue dont la consommation peut avoir des conséquences dévastatrices sur la santé.

Les conséquences dévastatrice sur la santé sont pas prouvé par la Science

(1) Aspects moléculaires, cellulaires et physiologiques des effets du chanvre, rapport n° 39 de l’Académie des Sciences, Editions Lavoisier, Paris.

Estelle Nouel

Article modifié le jeudi 4 septembre 2003 17:23, Date de parution jeudi 4 septembre 2003 17:23

Articles liés au mot-clé


http://www.cannabis-helvetica.ch
http://www.swisshempshop.com