Agrandir la taille le texteTaille normale du texteDiminuer la taille du texte

Le pain quotidien du juge des mineurs

2005/02/05 - La Liberté

Le juge Michel Lachat, président de la Chambre pénale des mineurs a salué l’arrivée du mémento, qui "rappelle ce qui est permis et ce qui ne l’est pas". A Fribourg, comme dans tous les cantons romands d’ailleurs, incivilités, violence verbale, consommation de stupéfiants et pratique du "chat" sur internet sont "le pain quotidien des juges des mineurs", a-t-il évoqué. L’an dernier, il a reçu 1948 dossiers, c’est 500 de plus qu’en 2000. Et en 2003, année record, 2084 jeunes ont défilé devant la justice. Et il est impossible de cerner l’ampleur des infractions, car elles ne sont pas toutes dénoncées.
Le juge constate un "comportement toujours plus arrogant et je-m’en-foutiste" de certains "clients" de la justice, des cas psychologiques toujours plus nombreux, un manque chronique de places dans les institutions spécialisées et des plaintes de citoyens, de policiers voire d’éducateurs spécialisés.
"Ce mémento doit permettre de faire de la prévention, mais sa seule lecture ne suffira pas à enrayer la violence. Seule la détermination de tous les citoyens à participer à cette campagne le permettra", a plaidé le juge Lachat.
Selon lui, les politiciens "doivent donner une image claire de ce qui est autorisé, il y a urgence de prendre une décision sur la dépénalisation ou non du cannabis. A l’école, a-t-il poursuivi, ce n’est pas l’élève qui choisit les matières, les jours de congé et ses notes ; les enseignants doivent redevenir des maîtres. Et à la maison enfin, l’enfant n’a pas à tout dicter. Que les parents cessent de succomber en matière d’argent de poche et de sorties, entre autres", a exhorté en substance le juge Lachat. CDb

Article modifié le samedi 26 février 2005 16:25, Date de parution dimanche 6 février 2005 00:00

http://www.cannabis-helvetica.ch
http://www.swisshempshop.com