Agrandir la taille le texteTaille normale du texteDiminuer la taille du texte

Les députés en pétard contre le joint à l’école

2005/02/02 - 24 Heures

Le Parlement vote une résolution visant la "consommation zéro" des jeunes. Un débat, qui au final, se borne à conforter le Gouvernement dans sa politique actuelle.

LES FAITS - Par 72 oui contre 56 non et 19 abstentions, le Grand Conseil a accepté une résolution de l’UDC Jean-Pierre Grin-Hofmann en vue d’efforts accrus pour lutter contre la consommation de cannabis chez les jeunes.

Même s’il ne débouche sur pas grand-chose, un débat sur le cannabis dans les préaux a fortement échauffé le Parlement cantonal hier. Se basant sur une étude alarmante de l’Institut suisse de prévention contre les toxicomanies (ISPA), l’UDC Jean-Pierre Grin-Hofmann demandait au Conseil d’Etat ce qu’il en était dans le canton. Dans son texte, le Gouvernement lui répond globalement que la politique vaudoise est basée sur la prévention et la répression, et que les écoles sont contraintes de surveiller et de sanctionner, cela sans la moindre ambiguïté.

"Un réel problème"
Le député en a profité pour soumettre au plénum une résolution (un vœu parlementaire non contraignant) visant la "consommation zéro" des jeunes. Résultat : une heure de discussion à coups d’arguments au goût de déjà entendu.
A droite, plusieurs élus ont mis le doigt sur ce "fléau" qui met en péril l’équilibre mental d’un certain nombre d’élèves vaudois. Entre 2001 et 2003, le Tribunal des mineurs a jugé respectivement 628, puis 713 et 539 jeunes pour infraction à la loi sur les stupéfiants.
"Je suis municipal de police, et je constate que c’est un réel problème, a observé le radical aiglon Frédéric Borloz. L’idée d’une consommation zéro restera un voeu pieux, Mais c’est ce à quoi il faut tendre".
Cette intervention venait calmer quelque peu le jeu après une minijoute entre ceux qui tenaient des propos alarmistes sur les ravages du chanvre et ceux qui tentaient de relativiser. Parmi ceux-ci, c’est l’ancien médecin cantonal Jean Martin (radical pourtant) qui a eu les paroles les plus fortes :
"J’aimerais que nous prenions un peu de recul. Le cannabis ne fait pas trembler la civilisation sur ses bases. Cette idée de consommation zéro ne me plaît pas, car elle renvoie à la répression pure, menée par un Etat policier. Or, ce n’est pas en lançant la police contre les fumeurs de joints que l’on améliorera la situation".
Maintes voix se sont élevées, en particulier à gauche, contre l’alcool qui, semble-t-il, cause davantage de dégâts chez les jeunes que la fumette. "En votant cette résolution, nous allons donner l’impression aux jeunes que nous cautionnons et que nous tolérons leur consommation d’alcool !" a vitupéré le socialiste Olivier Gfeller.
Au final, on sait maintenant qu’une majorité du Grand Conseil est contre la consommation du cannabis et qu’elle soutient le Conseil d’Etat dans sa politique actuelle. Pour le reste, la situation financière de l’Etat interdit de débloquer des moyens supplémentaires dans la lutte contre les stupéfiants, mais ça, c’est une autre histoire.

LISE BOURGEOIS
Article modifié le mercredi 2 février 2005 13:28, Date de parution mercredi 2 février 2005 00:00

http://www.cannabis-helvetica.ch
http://www.swisshempshop.com