Agrandir la taille le texteTaille normale du texteDiminuer la taille du texte

Les dérivés du cannabis stimulent le réflexe d’allaitement du nouveau-né

2000/07/11 - Actualités

Nous devons peut-être notre survie aux principes actifs du cannabis, affirment, un rien provocateur, les chercheurs de l’Université de Jérusalem.
Ces derniers ont en effet réussi à démontrer que les molécules produites par l’organisme appelées « cannabinoïdes endogènes » en raison de leur parenté chimique étroite avec le composant actif du cannabis, le tétrahydrocannabinol, déclenchent chez le souriceau nouveau-né, le réflexe d’alimentation. Il pourrait en être de même chez l’homme.

L’effet des cannabinoïdes à la fois antalgique (anti-douleur) et orexigène (stimulant de l’appétit) est aujourd’hui de mieux en mieux connu, compris et utilisé chez les malades du sida ou les cancéreux. Ces molécules sont par ailleurs détectées en quantité maximale dans le lait des femmes mais aussi des vaches et des souris qui viennent d’accoucher.
Pour démontrer leur importance dans le réflexe d’allaitement, les scientifiques israéliens ont administré à des souriceaux nouveau-nés une substance qui bloque l’action des cannabinoïdes sur le cerveau. Parmi les animaux ainsi traités, aucun n’a recherché la mamelle maternelle, certains sont morts, les autres ont grandi moins vite.
Dès lors qu’une quantité importante de cannabinoïdes a été injectée à ces mêmes rongeurs, l’appétit leur est revenu, prouvant ainsi qu’il ne s’agissait pas d’un simple effet toxique de la substance bloquante qui leur avait été auparavant administrée.

Il reste à confirmer maintenant que les cannabinoïdes endogènes jouent le même rôle chez l’homme.

Article modifié le mardi 22 juillet 2003 12:33, Date de parution mardi 11 juillet 2000 00:00

http://www.cannabis-helvetica.ch
http://www.swisshempshop.com