Agrandir la taille le texteTaille normale du texteDiminuer la taille du texte

Razzia sur la came en pleine ville de Bex

2005/02/12 - 24 Heures

La police a interpellé vingt-quatre personnes, toutes d’origine africaine, dans l’Est vaudois, au cours d’une opération censée désorganiser le petit trafic de drogue.

La police cantonale vaudoise, assistée du corps d’Aigle et des agents locaux, a opéré mardi dernier une rafle en pleine ville de Bex. Cette action, qui visait à "désorganiser le petit trafic de rue et à lutter ainsi contre le sentiment d’insécurité ressenti par la population" a permis d’interpeller vingt-quatre personnes, toutes d’origine africaine (Nigeria, Sierra Leone, Mali, Gambie, Côte-d’Ivoire et Guinée). Une quinzaine d’entre elles ont été entendues par les enquêteurs du groupe STRADA de la brigade des stupéfiants avant d’être relâchées.
L’intervention s’est déroulée entre 16 heures et 23 heures dans le périmètre direct de la gare CFF et du centre Fareas, où sept perquisitions ont été effectuées. Dans les chambres visitées, les agents ont retrouvé au total un peu plus de 7500 francs suisses en espèces, 1000 dollars, 65 grammes de marijuana indigène, 5 grammes de cocaïne et 4 grammes d’héroïne. Une prise de petite envergure, néanmoins, si l’on en croit la police elle-même.

Marché à ciel ouvert
En décembre 2004, un lecteur domicilié dans la commune appelait la rédaction de 24 heures pour signaler que "les dealers de couleur étaient devenus les rois du pavé bellerin dès la nuit tombée" et qu’il suffisait "d’ouvrir sa fenêtre de voiture et de tendre la main pour obtenir de la came, et cela au vu et au su de tout le monde". Quelques jours plus tard, un trentenaire valaisan était retrouvé mort au centre-ville, victime d’une overdose.
Mais ce qui a directement déclenché l’opération en question est l’interpellation, le 31 décembre dernier, d’un Zimbabwéen de 21 ans soupçonné de trafic de drogue. L’homme se trouvait en compagnie d’une Nigériane de 22 ans dans la chambre de laquelle, toujours au centre Fareas de Bex, les inspecteurs ont découvert 430 grammes de cocaïne pure à 60%, représentant une valeur marchande dépassant les 50’000 francs. Par recoupements, la police est parvenue à identifier cette femme comme étant l’épouse d’un gros bonnet d’origine française arrêté quelques mois plus tôt à Marseille en possession de 10 kg de coke. Les ramifications de ce réseau font actuellement l’objet d’une enquête dirigée par l’Office d’instruction pénale de Lausanne. (E.C)

Article modifié le samedi 12 février 2005 13:26, Date de parution samedi 12 février 2005 00:00

http://www.cannabis-helvetica.ch
http://www.swisshempshop.com