Agrandir la taille le texteTaille normale du texteDiminuer la taille du texte

Un signal aux élèves fumeurs de joints

2005/02/03 - La Liberté

PREVENTION - En échange des promesses faites par Isabelle Chassot, la motion demandant d’exclure de l’école les jeunes consommateurs de cannabis a été retirée. Des directives seront édictées.
A problème identique, réponses différentes, sur la forme du moins. Les hasards de l’ordre du jour ont voulu que les Parlements vaudois et fribourgeois se penchent, à un jour d’intervalle, sur le cannabis à l’école. Alors que les députés vaudois adoptaient une résolution encourageant leur Conseil d’Etat à "prendre des mesures pour viser la consommation zéro" (La Liberté d’hier et page 21 de cette édition), leurs homologues fribourgeois débattaient hier de la motion de Charly Haenni (Vesin). Sur la base des promesses faites par la conseillère d’Etat Isabelle Chassot, le radical a finalement retiré sa motion.
Ce qu’il demandait ? Que le gouvernement édicte des directives disciplinaires "claires" à l’intention des écoles cantonales et des écoles professionnelles. Le Conseil d’Etat proposait le rejet de cette motion, estimant les lois et règlements actuels suffisants pour réagir en cas d’infraction.
Tous les groupes conviennent que la consommation du cannabis n’est pas tolérable à l’école. Faut-il pour autant exclure, provisoirement ou définitivement, tout étudiant ou apprenti "dont la possession ou la consommation de chanvre aux abords ou au sein des établissements aura été démontrée", comme le souhaitait le député Haenni ? Exclure, c’est marginaliser davantage des individus qui sont déjà fragilisés, ont mis en garde plusieurs députés. "En déplaçant le problème, on ne résoudra rien".

RAPPELER L’ILLEGALITE
Il s’agit plutôt de renforcer la prévention et le dialogue, de responsabiliser les jeunes en leur rappelant que, contrairement à ce qu’ils croient, le cannabis reste une substance illégale. Pour d’aucuns, le débat d’hier avait donc valeur de message sans ambiguïté à leur intention. "On devrait se demander pourquoi on en arrive là. Et, si on veut être cohérent, il faut aussi interdire sur la voie publique la pub pour l’alcool et le tabac !", lance Cédric Castella (ouv, La Tour). "Chassons les vautours de la drogue, jugeons-les sévèrement, dotons-nous des moyens nécessaires pour déstabiliser des réseaux mafieux qui sont incontestablement protégés", renchérit son collègue Louis Duc (Forel).
A ces voeux vertueux et aux demandes réitérées des députés d’émettre des directives plutôt que des recommandations, la directrice de l’Instruction publique a promis de donner la suite qu’il convient. CAG

Date de parution vendredi 4 février 2005 13:12

http://www.cannabis-helvetica.ch
http://www.swisshempshop.com