Agrandir la taille le texteTaille normale du texteDiminuer la taille du texte

Une efficacité médicale reconnue

Personne ne remet en question l’efficacité thérapeutique du tétrahydrocannabinol (THC), le principal ingrédient actif du chanvre. D’ailleurs, les praticiens peuvent prescrire, depuis plusieurs années déjà, des comprimés de Marinol. Ce médicament autorisé contient du THC synthétique et est déjà disponible en pharmacie. Il est notamment prescrit pour soulager les nausées de patients en phase terminale et stimuler l’appétit. Toutefois, la consommation de pilules de chanvre synthétique ne donne pas des résultats aussi efficaces que l’inhalation. Selon la prestigieuse revue médicale américaine New England Journal of Medicine [30 janvier 1997], l’ingestion de pilules n’est pas comparable à l’inhalation, cette dernière provoque une augmentation rapide du taux de THC dans le sang, qui améliore grandement l’efficacité recherchée du point de vue médical. De plus, de nombreux patients visés par l’usage médical du chanvre sont déjà astreints à ingérer un important cocktail de médicaments chaque jour. Le chanvre les aide justement à supporter l’ingestion de ce nombre phénoménal de pilules en atténuant leurs nausées. Il est évident que, pour éviter le vomissement, le THC peut être mieux administré par voie pulmonaire que par voie digestive.

De nombreux médecins réclament donc la possibilité de prescrire le THC sous la forme qui convient le mieux à leur malade. Ces médecins soutiennent qu’ils sont les mieux placés pour déterminer sous quelle forme la prescription de chanvre conviendra le mieux à leur malade. L’Association médicale canadienne est le porte-parole du monde médical au Canada et veille à ce que le système de soins de santé donne aux médecins les moyens dont ils ont besoin pour prodiguer à leurs patients des soins de santé de qualité. Cette association défend déjà depuis 1981 la décriminalisation de la possession simple du chanvre mais déplore l’absence de recherche scientifique plus systématique sur la question.

En 1995, l’Association médicale américaine [éditorial, juin 1995]constatait la nécessité de revoir la loi américaine sur l’usage thérapeutique du chanvre. L’Association médicale britannique va même plus loin. Elle a demandé au gouvernement britannique de mettre tout en oeuvre pour autoriser l’usage thérapeutique du chanvre en respectant tous les critères scientifiques établis [communiqué de l’Association]. L’Association médicale britannique a aussi encouragé publiquement les forces de police et les tribunaux à tolérer l’usage du chanvre pour des fins thérapeutiques. Son rapport stipule que "certains patients sont condamnés à utiliser une drogue illégale pour soulager des symptômes qui ne sont pas contrôlés par les médicaments existants" et "qu’il y a suffisamment de preuves pour affirmer que le chanvre peut aider dans certaines circonstances". En conséquence, et à la suite d’une importante recherche scientifique de la Chambre des Lords britannique, le gouvernement anglais a décidé d’aller de l’avant en autorisant les premiers Tests officiels pour évaluer les effets thérapeutiques du chanvre. La Société royale pharmaceutique a confiance que le chanvre sera prescrit d’ici trois ans en Grande-Bretagne.

Date de parution vendredi 8 août 2003 15:32

Articles liés au mot-clé


http://www.cannabis-helvetica.ch
http://www.swisshempshop.com