chanvre-info http://www.chanvre-info.ch/info/fr/Rapport-2004-sur-la-Securite.html

Rapport 2004 sur la Sécurité intérieure en Suisse : Chanvre-Info dénonce depuis longtemps les conséquences de la prohibition !

Ce rapport officiel confirme nos prévisions alarmantes sur les conséquences négatives de la fermeture des magasins du chanvre en matière de criminalité et de polytoxicomanie. La consommation de chanvre récréatif demeure très importante mais la production et la distribution échappent aux chanvriers suisses pour tomber dans les mains des mafias. Les dealers de rue proposent aussi de la coke et de l’héro, les réseaux de petites plantations de chanvre indoor, très riche en THC, remplacent les champs de chanvre naturel. De quoi justifier le changement de politique proposé récemment par la Commission fédérale pour les questions liées aux drogues. Morceaux choisis et commentaires.

« La consommation de cannabis est largement répandue chez les jeunes. Elle se stabilise à un niveau élevé. Même si la plupart des jeunes ne sont que des consommateurs occasionnels. ». Donc, ils sont moins aguerris aux pièges du marché noir que leurs aînés. Beaucoup n’ont jamais connu les scènes ouvertes. Ce retour n’est pas non plus profitable aux anciens qui se retrouvent à nouveau confrontés avec des substances bien plus problématiques que le chanvre.

« En 2004, le durcissement de la poursuite pénale des producteurs et des vendeurs de cannabis qui se fait sentir depuis trois ou quatre ans a persisté. » La répression continue de plus belle sans aucun résultat concret sur l’offre ou la demande, juste une mutation criminogène du marché.

« La fermeture des magasins de chanvre a poussé les acteurs du trafic des produits cannabiques à travailler en cachette et le « tourisme » du chanvre a chuté en Suisse. » L’argent du chanvre échappe à nouveau de l’économie légale, des milliers de citoyens sont repoussés dans la clandestinité, les produits échappent à tout contrôle. Quel gâchis pour une simple question d’image ! Le tourisme du chanvre pouvait parfaitement se juguler et il faisait rentrer bien des euros dans les caisses de Bâle, Lugano ou Saint-Gall. Les problèmes venaient plus des pendulaires et des frontaliers. Il suffisait d’exiger une preuve de résidence, même une chambre d’hôtel, pour freiner les dérives.

« La culture et la vente de produits dérivés du cannabis constituent un marché lucratif et attirent des organisations criminelles. » Puisque la prohibition n’est pas acceptée par 10% de la population, il est logique que les gangs et les grosses organisations internationales se ruent à nouveau sur un marché juteux qu’elles ont longtemps contrôlé. Les filières n’ont pas été longues à se reconstituer.

« Les grands sites de production sont supplantés par les petits et les importations sont susceptibles d’augmenter de la même manière que le trafic de rue. Le risque que ces substances soient proposées à de jeunes consommateurs par des dealers vendant d’autres drogues est réel. » Pourquoi un vendeur illégal demanderait-il ses papiers au client ou ne lui proposerait-il pas toute sa camelote ? Il risque déjà beaucoup avec le chanvre et le bénéfice est plus rapide avec la coke ou les pills. Les ennuis arrivent plus vite aussi. Au Tessin, des jeunes en ont tué un autre pour une poignée d’extasies. Le chanvre constitue à nouveau une porte d’entrée dans la délinquance, un bon moyen de recrutement pour les mafias.

« Au vu de la gravité des conséquences de la polytoxicomanie à long terme, la consommation simultanée de plusieurs substances telles que la cocaïne, les drogues de synthèse, le cannabis et l’alcool chez les jeunes est particulièrement préoccupante. ». Voilà pourquoi il faut séparer d’urgence les marchés et pratiquer une prévention globale sur l’ensemble des substances psychoactives addictives ou pas, légales ou non, accompagnée d’une réduction maximale des risques et des nuisances et d’une assistance pour les usagers problématiques et leurs proches. La Suisse doit arrêter la guerre à la drogue, elle ne conduit qu’à la désolation sanitaire et sociale ou encore à la mort dans des cas extrêmes comme le condamné pendu pour un kilo à Singapour.

Ce document, avec l’offensive des maires du Nord de l’Europe, le rapport pour une nouvelle politique des drogues en Suisse, Le rapport Catania du Parlement Européen, devrait calmer les ardeurs de la presse populaire et de certains politiciens démagogues. J’espère qu’il convaincra la population de la nécessité de changer de politique des drogues.

Laurent Appel

Date de parution dimanche 5 juin 2005 16:59
Chanvre Info > Informations sur le chanvre > Informations sur la politique Suisse
chanvre-info http://www.chanvre-info.ch/info/fr/Rapport-2004-sur-la-Securite.html