Agrandir la taille le texteTaille normale du texteDiminuer la taille du texte

vingt cinq ans plus tard

2001/07/21 - CIRC

A Paris, Lyon, Montpellier, Nantes, Strasbourg, Rennes... les cannabinophiles se sont mobilisés pour fêter le 25ème anniversaire de l’Appel du 18 Joint, rassemblement relancé depuis 1994 par le Circ.
Tandis que pas loin de 3 000 personnes se retrouvaient à La Villette pour une grande discussion sur l’herbe, la manifestation de Lyon, pour la première fois autorisée, rassemblaient autour du Cal 70 (Chiche !, Fédération anarchiste, Lcr, Ldh, Mjs, Les Verts), environ 500 personnes.
Ils étaient 300 sur la place de la Mairie à Rennes, aussi nombreux à Nantes et presque autant à Montpellier, seule ville en France où l’Appel du 18 joint fut interdit.

Force est de constater que nous nous sommes de plus en plus nombreux à contester le classement du cannabis dans le tableau des stupéfiants. Alors que la plupart de nos voisins européens adopte une position réaliste, la France résiste et continue sa politique répressive : plus de 80 000 interpellations en 1999 !
Deux affaires différentes, mais symptomatiques de la situation ubuesque dans laquelle nous nous trouvons, risquent de venir perturber la nouvelle campagne de prévention sur l’abus des drogues lancée ces jours par la Mildt. Pour avoir pendant quatre ans, sans l’ombre d’un bénéfice, ravitaillé ses copains en " shit ", Jérôme Expuesto, a été condamné, peine confirmée par la Cour de cassation à trois ans de prison ferme. Quant à Jean-Pierre Galland, président du Circ, il a été condamné avril dernier à 300 jours-amende à 300 F, soit 90 000 F qu’il doit payer avant le 26 février 2002. N’ayant pas les moyens de s’acquitter d’une telle somme, se retrouvera-t-il 150 jours de prison pour un simple délit d’opinion !

La "circulaire Guigou" du 19 juin 1999 apparaît de plus en plus insuffisante. Le Circ reçoit toujours plus de témoignages de cannabinophiles "invités" à comparaître devant des tribunaux pour simple usage, souvent sur dénonciation, particulièrement en province où l’interprétation des faits est laissée à l’appréciation arbitraire des policiers, des gendarmes, des douaniers et des magistrats.

Pour que cesse ce scandale, résistance et autoproduction.

Article modifié le vendredi 11 juillet 2003 14:14, Date de parution samedi 21 juillet 2001 00:00

http://www.cannabis-helvetica.ch
http://www.swisshempshop.com