Agrandir la taille le texteTaille normale du texteDiminuer la taille du texte

Liberté de médecine et d’alimentation

Le gouvernement nous prescrit notre médecine et notre alimentation, nos corps seront conformes tels que nos âmes désormais de Thomas Jefferson

Lettre de Dana Beal (MMM) à Leonhart DEA à propos ibogaïne

25, 10, 2011

Dana Beal Lettre à Leonhart DEA propos ibogaïne

Ceci pour vous parler d’intérêt public du Congrès, en matière de recherche étendue à l’ibogaïne et à ses similaires, non seulement pour le traitement de la dépendance mais aussi pour son antibiotique à large spectre, antiviral, et effets anti-tumoraux.

Le placement de l’ibogaïne à l’annexe I décourage la recherche, et pas seulement à cause de la stigmatisation, mais parce que d’immenses pratiques de barrages sont mises sur le chemin des chercheurs. En ce moment un groupe de recherche à la New York University qui étudie l’ibogaïne, synthèse analogique 18-MC, devra probablement interrompre sont travail alors que vient l’instant d’enquêter sur la molécule mère. Il a fallu à l’Université Rockefeller juste neuf mois pour obtenir moins d’un gramme de l’ibogaïne.

Sera-t-il possible de trouver une annexe sur l’ibogaïne un peu moins restrictive que l’annexe I ?

L’ibogaïne n’a aucun potentiel d’abus, et a un grand potentiel pour le traitement d’un certain nombre d’indications pour lesquelles nous n’avons pas de bons traitements médicamenteux actuellement, y compris scherosis multiples, chimio-résistantes du cancer, Parkinson, et les troubles du comportement/ bipolaire, frénésie. Des cliniques utilisant l’ibogaïne surgissent partout dans le monde parce que cela fonctionne tellement mieux, pour l’abolition du sevrage narcotique, ainsi que que les envies de psycho-stimulants.

En 2005-6, un facteur de croissance dérivé de cellules gliales-neurotrope-facteur (GDNF) a été exprimé de l’ibogaïne -non seulement il régénère les neurones dopaminergiques supprimés par des abus de drogues , mais permet de plus, aux arrière-signaux du noyau de la cellule, d’exprimer plus de GDNF, implantation bénigne, auto-entretenue en boucle qui évite la nécessité d’élévation artificielle des niveaux de dopamine et persiste sans administrations d’ibogaïne supplémentaires. C’est ce qui explique l’efficacité rapporté de l’ibogaïne contre la cocaïne, méthamphétamine, crack - médicaments contre lequel nous n’avons aucune efficacité pharmaco-thérapiques actuellement.

Très simplement, l’ibogaïne ne tombe pas sous la définition plaine de l’annexe I - : « . Aucune valeur médicale acceptée, potentiel élevé d’abus, pas d’utilisation sûre dans le traitement" En raison de possibles effets secondaires, il ne peut pas être utilisé.

Tout d’abord, les animaux ne peuvent pas être formés à s’auto-administrer l’ibogaïne. Deuxièmement, il a deux-Sigma -comme Thorazine ou prolyxin, personne ne détourne leurs médicaments anti-psychotiques pour le marché noir. Troisièmement, si vous augmentez les doses (comme ferait quelqu’un de dépendant à la cocaïne), vous obtenez une semi-paralysie, des nausées et des vomissements. Enfin, si vous essayez de faire de petites doses par jour, après environ 14 jours, vous serez quitte pour de l’insomnie et manque de concentration.

Quelle est la base légale pour l’ibogaïne d’ordonnancement en l’absence de "potentiel élevé d’abus ?"

Avant de tenir des audiences, nous avons besoin de plus de résultats de la recherche clinique. Vous pouvez nous aider en prenant l’initiative et lever le barrage imposé par l’annexe I du statut de l’ibogaïne.

Tout ce que nous demandons ici c’est une certaine équité, de sorte que le peuple américain ne doit pas attendre encore 20 ans de plus pour un traitement efficace de la dépendance.

Publié par Douglas A. Willinger à 17:44

P.-S.

https://www.facebook.com/notes/dana... leonhart/309370972412958

Data di pubblicazione jeudi 27 octobre 2011 11:41

http://www.cannabis-helvetica.ch
http://www.swisshempshop.com